Immobilier : comment calculer son retour sur investissement ?

des pièces de monnaies et un billet de 50€ plié

Le retour sur investissement également appelé Return on investment (ROI) est un indicateur financier qui sert à comparer et à mesurer le rendement d’un placement. Grâce à ce quotient, il est possible de calculer le gain qu’un investissement a rapporté comparé à la mise de départ. Voici comment le faire.

Dans le meme genre : Quels sont les critères les plus importants à prendre en compte lors de l'achat d'une maison à Toulouse ?

Comprendre le retour sur investissement

Le retour sur investissement est souvent basé sur le calcul du ratio du coût de l’investissement et des bénéfices. Cet indicateur est essentiel pour comparer les investissements réalisés. De cette manière, il est facile de déterminer si un placement immobilier est rentable ou non. Pour ce faire, il faudra se baser sur les montants investis et les pertes ou les gains. Dans cette formule, le temps n’est pas inclus.

Toutefois, la somme gagnée ou perdue est calculée sur une période annuelle. Cela signifie qu’il s’agit notamment d’un rendement annuel. Indispensable dans la gestion d’une entreprise, le Key Performance Indicator fait l’objet d’un suivi lorsqu’il faudra effectuer le calcul pendant une durée précise. Si vous ne savez pas comment vous y prendre pour réaliser cette opération, l’expert-comptable est votre meilleur allié.

A lire aussi : Quelles sont les étapes pour l'achat d'un appartement à Aix en Provence ?

Avec sa expérience, il peut vous garantir le suivi des indicateurs financiers. Vous pouvez en effet solliciter son accompagnement pour bénéficier de son expertise. Concernant l’investissement immobilier, il est aussi possible de simuler votre retour sur investissement directement sur l’un des sites Internet des SCPI, tels que Iroko.eu.

Comment calculer le retour sur investissement ?

Il existe une formule mathématique pour faire le calcul du RSI. Il faut souligner que le risque que chaque projet comporte n’intervient pas dans ce mode de calcul. En effet, il est possible que dans un projet, il existe un taux de risque plus important qui est souvent caché par un retour sur investissement très élevé. De ce fait, il est essentiel d’effectuer un arbitrage entre les possibles risques et la rentabilité potentielle.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez facilement constater la rentabilité de l’investissement grâce au ROI positif. Pour les investissements durables, il faudra également déterminer le coefficient d’actualisation des flux. En finance, la valeur nette présente ou le Net Present Value reste la méthode la plus précise et la plus courante. Parfois, le calcul du ROI est compliqué.

Si le logement acheté est refinancé ou s’il y a une deuxième hypothèque, le calcul n’est pas du tout facile. Toutefois, un emprunt refinancé ou un second prêt peut aider à augmenter les intérêts, mais aussi à générer des frais de prêt qui impacteront sûrement sur le RSI. Sans parler des coûts d’entretien, des taxes foncières et des tarifs des services publics sont également à prendre en compte dans le RSI.

Pourquoi calculer le retour sur investissement ?

Pour une rentabilité assurée, un investissement doit rapporter beaucoup d’argent. Le RSI implique en effet les coûts de l’investissement et les gains. Il est égal à zéro lorsque le capital est récupéré durant la durée de rentabilité. Pour bien calculer le ROI, il faudra faire une conversion et essayer de comprendre certaines stratégies, notamment la stratégie marketing, la satisfaction clientèle et les KPI.

A ce titre, il s’agit du ROI marketing. En général, le ROI permet d’étudier le capital investi ainsi que le retour réel de l’investissement. En ce qui concerne l’investissement immobilier locatif, ce calcul est indispensable. Il vous aidera à choisir le meilleur projet. En d’autres termes, il permet d’identifier l’investissement le plus fructueux comparé aux sommes investies initialement.

Cela dit, le calcul du RSI est le meilleur moyen pour déterminer les objectifs fondamentaux de votre entreprise. Grâce à cet indicateur, les chefs d’entreprise peuvent facilement gérer leur stratégie de développement. Comme ils ont les cartes en main, ils peuvent ainsi décider de l’arrêter, de le poursuivre ou de l’accentuer si besoin.